L’équilibre vie pro / vie perso

Sous diverses formes, c’est une thématique récurrente en coaching : mieux gérer mon temps de préparation, mieux m’organiser le midi pour me libérer du temps, me dégager du temps pour moi, me fixer des limites pour savoir m’arrêter, …

Soit c’est l’équilibre vie pro / vie perso qui est directement visé, soit il est une conséquence de la demande des coaché.e.s

On se sent souvent envahi par la quantité de travail qu’on pense devoir fournir. Et parfois, on culpabilise à l’idée de ne pas en faire assez.

Mais j’ai envie aujourd’hui de questionner cette notion d’équilibre. Parce que ce mot, peut être lui même à l’origine de certaines pensées qui génèrent chez nous du stress, de la culpabilité, un sentiment de trop ou de pas assez.

Quand on pense à l’équilibre, on peut s’imaginer la traditionnelle balance de roberval dans sa position d’équilibre. Avec ses deux plateaux contenant le même poids. Et dès qu’on a plus d’un côté ou de l’autre, on se sent déséquilibré.e.

On peut alors avoir tendance, à rechercher le « juste équilibre » la combinaison parfaite, la juste quantité. Et alors, on est toujours dans le trop et le pas assez (d’un côté ou de l’autre). 

Mais, en réalité, l’équilibre de nos vies n’est pas quelque chose de statique. On ne peut pas dire qu’on aura atteint l’équilibre avec une certaine quantité d’heure de travail pour le pro et d’heure de vie perso. Parce qu’en réalité, l’équilibre vie pro et vie perso est un rééquilibrage perpétuel, et c’est sur cela qu’il faudrait plutôt travailler. 

Le juste équilibre, n’est pas le même pour tout le monde et n’est pas le même chaque jour, ni chaque semaine. Ce qui compte ce n’est pas d’avoir un équilibre parfait et identique tous les jours, c’est de pouvoir savoir comment et quand rééquilibrer. Prendre du recul, s’écouter, se connaître.

Parfois, j’ai des mercredis chill, cool, et d’autres comme aujourd’hui, bien remplis, voire trop. Mais c’est ok. J’en ai conscience et ça m’a permis de dire stop à 18h, sans culpabiliser de ne pas avoir tout fait, en me disant que demain soir, je me permettrai aussi de dire stop parce que je sais que je n’ai pas un stock d’énergie illimité. 

Qu’est ce qui me permet de savoir où j’en suis de ce rééquilibrage ? Sur quoi je réajuste cette semaine ? Demain ? 

Pour moi, mon outil, c’est mon bullet journal et mes trackers d’activité. Je vous expliquerai ça dans un podcast …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *